Comprendre la mondialisation : 3

image 3Mondialisation d’un mode de vie « libertaire » : l’idéologie libérale ne craint nullement les discours critiques à la façon de Stiglitz ou Rawls. Elle les revendique au contraire et les fait siens pour les retourner contre ses adversaires. Mais surtout l’idéologie libérale ne débat pas avec ceux qui s’opposent à elle. Elle noie toute pensée sous le déferlement des images. Il faut, pour prendre conscience de cela, se tourner vers le passé, vers l’époque de la « réclame ». On voit alors a contrario que nous sommes, chaque jour de notre vie, à chaque instant, submergés par l’industrie de la publicité, c’est-à-dire sous un flot de sollicitations qui nous enferment dans un monde d’objets de consommation toujours à renouveler et qui esthétisent le parasitisme social[1]. Ce phénomène a un effet destructeur sur l’image même que se fait de lui-même le sujet moderne. Il accompagne idéologiquement le libéralisme dans le sens où il invite à libérer les passions et les pulsions (alors que, dans la conception classique, il faut pratiquer le contrôle et la maitrise des passions)[2]. L’idéologie du « genre » est une des formes les plus actives et les plus sournoises des nouvelles sollicitations. Sous le prétexte de lutte contre les discriminations et les préjugés, elle promeut une égalité de façade qui cache la destruction des bases les plus anciennes des sociétés : la famille et la filiation. Elle fait la promotion d’une société faite de monades indépendantes dont la seule identité serait l’appartenance à des communautés floues fondées sur le choix d’un mode de vie et plus spécifiquement même d’une sexualité.

 Avec la publicité et la proposition de modes de vie « alternatifs », il s’agit aussi bien-sûr très prosaïquement pour les groupes industriels de passer outre à une surproduction chronique. De cette façon se fait aussi et constamment la promotion d’une espèce de social-démocratie libertaire et d’un mode de vie superficiel qui se généralise, se mondialise effectivement, en détruisant les modes de vie et de sociabilité traditionnels. Ce phénomène fait sa propre apologie et essaie de se faire passer pour être le fait même de la  » mondialisation ».

image 1Guerre idéologique : Quand le discours « libertaire » ne suffit pas, l’idéologie libérale disqualifie ses adversaires en usant et abusant du thème du « totalitarisme ». Elle désigne ainsi toutes les pensées qu’elle présente comme violant les principes des Droits de l’Homme, c’est-à-dire toutes les pensées susceptibles, selon elle, de motiver la mise en place d’un contrôle policier généralisé du fait qu’elles embrasseraient la totalité de la vie. Ces pensées, dont la plus dangereuse serait le marxisme, légitimeraient directement ou potentiellement un système caractérisé par son monolithisme, par la toute-puissance d’un Etat-Parti, par le contrôle absolu sur une société atomisée et tétanisée par la terreur, société dont l’exemple le plus achevé serait donné par l’Union Soviétique et maintenant par la Corée du Nord. Selon le radicalisme de ses tenants, le libéralisme antitotalitaire peut aller jusqu’à mettre en cause la rationalité des Lumières (avec en France A. Glucksmann se réclamant d’Adorno et Horkheimer) ; il s’appuie aussi sur la tradition du libéralisme politique français qui va de Tocqueville à Raymond Aron. Ce dernier courant est représenté par François Furet, Marcel Gauchet, Pierre Rosanvallon. Il a une version postmoderniste, représentée par Jean Baudrillard, Jean-François Lyotard, qui trouve son inspiration dans le pragmatisme et plus généralement dans les philosophies anglo-saxonnes.

Une nouvelle forme de disqualification des critiques est apparue ces dernières années avec le thème du « populisme ». Sous cette appellation injurieuse sont attaquées pêle-mêle et assimilées l’une à l’autre les critiques progressistes et leur récupération par l’extrême droite, sans qu’à aucun moment le sens du mot de populisme soit explicité. Cette accusation de « populisme » se décline en « souverainisme » et en « complotisme ». Il s’agit dans le premier cas de faire obstacle à l’idée de souveraineté populaire comme base de la démocratie et dans le second d’interdire des interrogations souvent légitimes et d’autant plus légitimes qu’apparait l’ampleur des moyens d’espionnage et de manipulation déployés par les Etats.

Ainsi, l’idéologie libérale est multiforme, mouvante et agressive. Elle adapte son discours de telle façon que la critique s’épuiserait à vouloir la discuter mais cela révèle aussi sa faiblesse.

Faiblesse de l’idéologie néo-libérale : Ce qui permet la souplesse de l’idéologie néolibérale est aussi ce qui fait sa faiblesse : elle se dispense de prendre en compte la réalité de la puissance des monopoles et peut ainsi se prononcer sur une démocratisation des sociétés sans en analyser les bases et la possibilité. Elle peut ainsi préconiser une démocratie économique ou même croire que le « marché » en est la réalisation immédiate, sans avoir à faire l’histoire de la prise de contrôle des sociétés par les monopoles généralisés et de ses conséquences.

La réalité de la puissance des monopoles : l’idéologie néolibérale ignore la première caractéristique du mode de production actuel que souligne Samir Amin : la généralisation des monopoles.  Avant de proposer l’alternative d’une démocratie économique, il faut pourtant bien prendre la mesure de ce qu’a produit et continue de produire la deuxième mondialisation : on constate que les monopoles généralisés dominent l’économie mondiale. Selon Samir Amin : « le capitalisme contemporain est un capitalisme de monopoles généralisés. […] les monopoles constituent désormais non plus des îles (fussent-elles importantes) dans un océan de firmes qui ne le sont pas  (et qui de ce fait sont encore relativement autonomes) mais [c’est] un système intégré […] : de ce fait, ces monopoles contrôlent désormais étroitement l’ensemble de tous les systèmes productifs ». Cela signifie que les petites et moyennes entreprises des pays du centre (USA, Europe, Japon), comme les entreprises des pays périphériques, ne sont plus que formellement ou juridiquement indépendantes. Elles sont mises en concurrence et contraintes d’innover pour se développer ou se maintenir, mais elles le font désormais au bénéfice des oligopoles qui s’accaparent les surplus qu’elles génèrent. Elles sont constamment amenées à augmenter leur productivité, mais la concurrence à laquelle elles sont soumises les oblige à céder leur production, à des prix toujours plus serrés, aux groupes dont elles deviennent les sous-traitants ou aux monopoles commerciaux dont elles dépendent. Elles sont ainsi spoliées des survaleurs qu’elles créent.

image 2Un système d’exploitation généralisé : C’est mis en place de cette façon un système généralisé de ponction d’une rente prélevée sur les valeurs produites partout dans le monde. Les entreprises de la périphérie se trouvent sous la coupe des monopoles internationaux des pays du centre, les petites et moyennes entreprises des pays du centre doivent s’adapter à cette concurrence ou disparaitre. Une situation de dumping généralisé augmente partout la productivité au profit des grandes entreprises et des banques monopolistiques. Les économistes théorisent cela sous le thème de la « compétitivité ». Les pays du centre sont ceux de la triade États-Unis, Europe (occidentale et centrale), Japon. Ils dominent la totalité de la production de valeur dans le monde. Leurs monopoles contrôlent les systèmes productifs du capitalisme mondial qui fonctionne à leur profit. L’essentiel du commerce mondial se fait à l’intérieur de ces monopoles et leur système de filiales et sous-traitants, c’est un commerce captif. Les opérateurs sur « les marchés » ne sont rien d’autre que ces monopoles. Ce phénomène accroit toujours plus la concentration du capital, mais aussi celle des revenus et des fortunes. Il soumet la gestion des firmes les plus petites aux exigences de celles qui dominent. La confrontation entre tous les agents économiques est une guerre économique, selon ceux-là mêmes qui s’en font les avocats. Elle n’est en rien une concurrence « libre et non faussée » et elle est encore moins « démocratique ». C’est une concurrence bien réelle mais qui s’exerce entre un nombre de plus en plus restreint d’oligopoles.

Le déséquilibre toujours plus accentué dans la répartition des richesses se traduit par une accumulation toujours plus grande du capital. Une fraction croissante de la richesse mondiale se trouve aux mains d’un tout petit nombre et, ne trouvant pas à s’investir productivement, se voue à des spéculations toujours plus effrénées qui brassent des valeurs fictives. On oppose souvent à cela le rôle accru des caisses de retraites et autres fonds de pension qui dissémineraient au contraire la propriété. Mais outre que ces fonds sont gérés selon la même logique que les fonds privés, ils échappent à leurs détenteurs et jouent plutôt le rôle de forces d’appoints pour les groupes financiers. Ils sont une force d’appoint du capital et lient le sort des salariés à celui des spéculateurs et des banques monopolistiques.

Voilà donc la réalité de la mondialisation ! Quel est son avenir ? c’est ce que je vais développer dans un prochain article.


[1] Ce phénomène n’est pas étranger au paradoxal succès d’une philosophie comme le Nietzschéisme qui prône la violence, l’esclavage, l’inégalité, l’anti-humanisme,  l’anti-démocratisme et l’antiféminisme, et qui est ouvertement raciste et irrationaliste. (Voir à ce sujet : Domenico Losurdo « Nietzsche philosophe réactionnaire », Aymeric Monville « Misère du Nietzschéisme de gauche » ou Wolfgang Harich « Nietzsche et ses frères »)

Voir aussi le « retour à Sade » dénoncé par Dany-Robert Dufour : « le divin marché »

[2] Phénomène qu’accompagne les philosophies post-modernes des années soixante (Deleuze – Foucault)

Publicités

Comprendre la mondialisation : 2

image 3Au cours des décennies qui ont suivi la fin de la seconde guerre mondiale, tous les éléments de ce qui allaient permettre la « mondialisation » se sont mis en place. Dans le même temps les premiers obstacles à cette mondialisation sont apparus et ont été surmontés par le capitalisme.

Obstacles à la mondialisation : la remise en cause de la domination impérialiste s’est déployée sous deux formes : la première, en Russie, puis en Chine, et autour d’eux, avec l’installation de régimes qui ont aboli la propriété privée des grands moyens de production. La seconde, s’appuyant sur le « camp socialiste »  a été celle de la longue vague des guerres de libération nationale. Durant cette période, le capitalisme s’est adapté en adoptant dans les pays du centre la forme, le mode de gestion, du Keynésianisme.

Riposte du capitalisme : la période de résistance et d’adaptation du capitalisme s’est achevée dans les années 1970/80. Ces deux décennies 70/80 qui ont été marquées par une suite d’événements dramatiques :

–          Une crise économique mondiale qui touchant à la fois les monnaies et le commerce international, connue sous le nom des « chocs pétroliers » (fin des accords de Brettons-Wood en 1971 précédé et surtout suivi de vagues de dérèglementation des marchés monétaires et financiers qui ont globalisé la sphère de la finance et déplacé son centre vers les États-Unis)

–          le renversement en 1973 du gouvernement démocratiquement élu au Chili par un coup d’État militaire d’une sauvagerie inouïe (étendu à tout le sous-continent sous la forme de l’opération Condor). Le but étant clairement d’épouvanter et de sidérer les mouvements de libération partout dans le monde. Ce coup d’État faisait du pays le premier laboratoire des politiques préconisées par Milton Friedman et l’école de Chicago : le mode de gestion ultra-libéral

–          La même année : guerre du Kippour qui voit la défaite du nationalisme arabe avec pour conséquence l’installation de dictatures soutenues par « l’occident ».

–          L’arrivée au pouvoir en Grande Bretagne et aux États-Unis des artisans du type de politiques mises en œuvre au Chili ; écrasement du mouvement syndical en Angleterre. Nouvel avertissement donné aux pays du Sud par le raid sur les Malouines en 1982 ; relance de la course aux armements et de l’agressivité internationale par le soutien aux « contras » au Nicaragua.

–          Chute de l’URSS en 1989 à la fois du fait de son incapacité à faire face à la nouvelle forme de guerre froide usant du thème des droits de l’homme, et du fait de ses difficultés économiques et politiques, qui furent utilisées par une élite qui s’était consolidée (une bureaucratie), pour s’affranchir de ses liens avec la population jusqu’à s’emparer à la fois du pouvoir et des ressources économiques

–          Application en Russie, en Pologne, en Asie et en Amérique du Sud des politiques « libérales ».

–          Guerre d’Irak, etc. (à la fois conséquence et moteur des dépenses militaires – 1/5 du budget fédéral aux USA[1])

image 1La liste pourrait être poursuivie mais elle suffit à montrer que la seconde vague de mondialisation (l’adoption de la gestion néo-libérale) ne se fait pas sous le signe de la démocratie, qu’elle soit politique ou économique, mais qu’elle s’accompagne partout de la destruction de la démocratie ou de son dévoiement. Le nouveau déploiement mondial des monopoles s’accélère à l’occasion de chaque crise ou de chaque catastrophe. Les suites du tsunami au Sri Lanka en 2004 ou du cyclone Katrina aux États-Unis en sont des exemples frappants[2]. La nouvelle mondialisation se nourrit des crises, vit des crises et exporte et amplifie les crises. Elle est une prise de contrôle de la planète par les monopoles capitalistes et les tenants de leur système de domination : l’ultralibéralisme économique. Elle sape partout les valeurs démocratiques auxquelles les sociétés aspirent pour leur substituer la seule loi de la spéculation et du profit. Ceci reste pourtant inaperçu d’une grande partie des citoyens des pays du centre. Tout est fait pour leur faire croire qu’au contraire c’est leur pays qui voit sa démocratie menacée par des forces terroristes. C’est ainsi que le 11 septembre 2011 veut faire oublier le 11 septembre 1973.

La gestion néolibérale et ses effets : le prix Nobel d’économie Joseph E. Stiglitz indique que cette nouvelle période a permis que « dans les dernières décennies du XXe siècle, le nombre réel de pauvres s’est accru de près de cent millions »[3]. L’effet de la gestion néolibérale a été de réduire les prix de produits fournis par les pays parmi les plus pauvres tandis qu’augmentaient ceux des biens qu’ils doivent importer. Ce qui est allé jusqu’à provoquer des émeutes de la faim en 2008 et 2011 dans un nombre de pays particulièrement important : en Égypte, au Maroc, en Indonésie, aux Philippines, à Haïti, au Bangladesh, au Sénégal, en Thaïlande, au Burkina Faso, en Algérie etc. Il y a ainsi dans le monde un milliard d’hommes qui souffrent de la faim et deux milliards qui subissent des carences alimentaires pendant que dans le même temps la production agricole excède d’au moins 50% les besoins alimentaires. Dans les pays qui ont connu ou connaissent un peu de croissance, celle-ci a profité aux riches. Ce phénomène a provoqué une série de crises[4] : crise mexicaine en 1994, Japon 1995, crises asiatiques en 1997 (Indonésie, Corée, Thaïlande), crise Russe et Brésilienne en 1998, retour de la crise aux États-Unis en 2000 avec ce qu’on a appelé l’explosion de la bulle de la nouvelle économie, crise Argentine en 2001 ; avec en parallèle des crises boursières en 1987, 1998, 2002 et 2007 ; chacune de ces crises étant l’occasion de renforcer les politiques libérales, (et, partant, la puissante des monopoles généralisés), par des politiques d’austérité, de « flexibilité » du marché de travail, c’est-à-dire de destruction des protections sociales. Ces crises éloignent donc toujours plus ce qui pourrait s’appeler une démocratie économique car elles ont pour effet de provoquer l’érosion des classes moyennes qui pourraient être les acteurs d’une telle démocratie.

Confusion idéologique autour de la gestion néolibérale : mais si Joseph E. Stiglitz se plait dans son rôle de critique des « erreurs » des gestionnaires du capitalisme, il n’est pas en mesure de proposer de véritable solution aux crises dont il décrit le mécanisme en technicien. Il se contente d’y opposer « les valeurs de l’idéalisme démocratique » c’est-à-dire, selon ce qu’il écrit : « des politiques qui ne reposent pas sur l’idéologie mais sur une vision équilibrée du rôle des marchés et de l’État » dont il pense qu’elle « seront probablement plus efficaces pour promouvoir la croissance et l’efficacité »[5]. A cela on peut répondre que c’est vouloir modifier le mode de gestion sans toucher au mode de production. Le libéralisme n’est d’ailleurs même pas pensé ici comme un mode de gestion mais seulement comme une « idéologie ». Or, il est « probablement » et même certainement vain de vouloir opposer une idéologie qui promeut des « valeurs » à une idéologie qui est l’expression et l’arme de forces économiques puissantes et dominantes. L’idéologie qui se dit « libérale », n’est que le discours qui accompagne le mode de gestion libéral qui n’est lui-même que la forme prise par le capitalisme dans sa phase actuelle. Elle n’est qu’à la marge affaire de débat politique ou philosophique. Elle est pour l’essentiel le produit d’une pensée mercenaire qui s’est énormément développée au cours de dernières décennies sous la forme de « think-tanks » disposant de très importants moyens et dont les productions sont relayées par le médias.

image 2On peut faire le même type d’objection à « la théorie de la justice » de John Rawls. Elle discute les principes de base d’une société bien ordonnée en laissant de côté l’analyse de la structure et de la domination économique. Alors que J.E. Stiglitz a une connaissance des réalités de l’économie et du capitalisme, John Rawls choisit sous le « voile de l’ignorance ». Seulement le problème n’est pas qu’il veuille choisir sous le voile de l’ignorance mais qu’il ignore effectivement la nature du système économique capitaliste qu’il travaille à moraliser. Il suppose qu’un mode de production résulte ou pourrait résulter en quelque façon d’un contrat social. Il postule sans même imaginer que cela puisse se contester que le mode de gestion se choisit. Sa théorie suppose qu’un discours politico/moral démontrant la supériorité d’une démocratie républicaine est en mesure de modifier le fonctionnement de l’économie. Il voudrait faire d’un discours, d’ailleurs assez largement apologétique, une arme contre une réalité que ceux-là mêmes qui en sont les agents ne maîtrisent pas, dont la crise les laisse impuissants. Tel un chamane, il voudrait changer le monde, conjurer la crise, par la magie du verbe, mais laisse tout intact.

La mondialisation capitaliste se protège en se présentant comme la généralisation d’un mode de vie enviable. Mais quel est ce mode de vie ? C’est ce qui sera discuté dans un prochain article.


[1] En fait on a de plus en plus un usage de la force armée comme mode de régulation du système

[2] « La stratégie du choc » – Naomi Klein Babel – Actes Sud 2008

[3] « La grande désillusion » Joseph E. Stiglitz – Fayard 2002

Aux USA, la part des revenus des 1% les plus riches représentait 10% du revenu total il y a trente ans. Elle en représente 25% aujourd’hui. La part des 10% les plus riches est passée de 1/3 des revenus totaux en 1979 à 1/2 en 2008 – ce phénomène a eu pour effet de faire chuter drastiquement le taux d’épargne des ménages les plus pauvres.

[4] On peut même dire que E. Stiglitz sous-estime l’ampleur de la crise puisqu’il passe sur le choc initial (États-Unis 79) puis sur crise au Mexique en 82, la crise de la dette des années 80, à nouveau la crise aux États-Unis en 87, puis la grande crise de change dans l’Union Européenne de 92-93 (avec pour conséquence la dévaluation du CFA en Afrique).

[5] « Quand le capitalisme perd la tête » Joseph E. Stiglitz – Fayard 2003